FR France Investisseur professionnel
Obligations taux fixe

Avantages d’une gestion active de dettes émergentes

novembre 2019 - 6 min lire

Ricardo Adroguè, aborde dans cet article la question des risques qui pèsent sur l’économie mondiale, et en particulier dans des pays ou régions tels que la Chine, le MoyenOrient et I'Argentine, et il explique pourquoi une gestion active estessentielle au maintien de la performance d’un portefeuille.

Tout au long de 2019, nous avons été confrontés à une myriade de risques macroéconomiques, y compris un ralentissement de la croissance mondiale, qui ont engendré des vents contraires et des incertitudes pour les économies émergentes. Si l’on passe en revue l’univers des marchés de la dette des pays émergents, plusieurs pays se distinguent et notamment la Chine. Que pensez-vous de la situation dans ce pays et de son impact sur les marchés émergents plus globalement?

L’un des plus grands risques pour les marchés en 2020 sera le ralentissement de la croissance économique de la Chine. Depuis de nombreuses années, sa croissance augmente d’environ 6 à 7% par an, mais les données économiques actuelles indiquent que celle-ci est désormais légèrement inférieure à ce niveau et plutôt proche de 5,5%. Fait intéressant, le gouvernement chinois ne semble pas excessivement préoccupé par cette baisse, et en fait les autorités chinoises semblent avoir délibérément laissé l’économie ralentir plus que prévu. Les raisons de cette décision restent pour l’instant indéterminées, mais elles pourraient être liées à la transition que connaît la Chine actuellement, qui passe d’une économie principalement basée sur le secteur manufacturier à une économie principalement basée sur la consommation. Ou bien ce pourrait être lié à l’évolution des relations commerciales internationales. Ce que nous savons, c’est que les exportations vers les États-Unis ont beaucoup diminué depuis le début de 2019 et que le gouvernement chinois—malgré les manchettes dans les quotidiens locaux, qui alternent entre nouvelles encourageantes et nouvelles décourageantes dans ce domaine—ne semble pas pressé de conclure un accord commercial [avec les États-Unis]. 

En réalité, nous pensons que la Chine est même disposée à tolérer les conséquences économiques négatives de ces tensions commerciales jusqu‘en 2020, probablement parce qu‘elle a le sentiment qu‘un accord commercial avec le successeur de Président Trump—au cas où celui-ci ne serait pas réélu aux États-Unis—lui serait davantage bénéfique. Il est à noter que les déclarations de Trump sur les médias sociaux concernant les progrès des négociations provoquent désormais des réactions plus atténuées de la part des marchés, ce qui montre que ceux-ci se laissent désormais moins exclusivement influencer par de la pure rhétorique. 

Ce à quoi nous assistons actuellement est essentiellement une inversion de la mondialisation dans un contexte où la politique de Trump en matière d’échanges commerciaux manifeste un  désengagement des États-Unis vis-à-vis du reste du monde. Les États-Unis et la Chine représentent à eux deux environ 40% du commerce mondial. Par conséquent, à long terme, l’absence de leadership international pourrait avoir des répercussions économiques importantes sur le monde entier, et en particulier sur les économies émergentes qui dépendent de leur commerce extérieur pour satisfaire leurs besoins en biens et en services.

X

En utilisant notre site web Barings.com, vous acceptez (1) que nous pouvons utiliser certains cookies sur votre appareil ainsi que d'autres outils de suivi en ligne comme expliqué dans nos Termes et Conditions et Confidentialité du site et (2) vous acceptez les Termes et Conditions.