FR France
Obligations taux fixe

ESG et émetteurs souverains: Il n’existe pas de modèle unique

novembre 2019 - 16 min lire

Au cours de la dernière décennie, les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) ont pris une place centrale dans de nombreuses stratégies d’investissement, mais la manière dont les critères ESG sont intégrés dans l’analyse des émetteurs souverains manque encore de cohérence.

Selon nous, les critères ESG ne peuvent se résumer à quelques modèles ou compilations de données. Nous pensons que les critères ESG devraient plutôt être considérés au cas par cas. En particulier, nous pensons qu’en mettant l’accent sur ce qui permet de créer des institutions durables, nous pouvons identifier les pays dont les politiques mèneront à une croissance, une dette et des rendements durables pour les investisseurs.

Afin de déterminer comment un cadre ESG peut être appliqué à l’analyse des émetteurs souverains, il convient de se poser quelques questions clés:
• La démarche est-elle destinée à promouvoir des valeurs spécifiques telles que la démocratie, l’égalité, les droits des femmes ou autres?
• Si oui, comment hiérarchiser ces objectifs par ordre de priorité s’ils rentrent en opposition?
• Les investisseurs devraient-ils récompenser un niveau atteint ou une tendance de progrès?
• Ces considérations sont-elles des indicateurs

supplémentaires de solvabilité et de durabilité qui génèrent des rendements meilleurs pour les clients? Certains investisseurs privilégient l’exposition aux risques plutôt que des valeurs spécifiques, ce qui les amène à se concentrer sur des domaines de risque social plutôt que sur la responsabilité sociale des gouvernements. Dans cette approche, par exemple, ils pourraient attribuer une mauvaise note ESG à un pays frappé par un flux soudain de réfugiés en raison d’une guerre voisine. Dans le même temps, d’autres examinent de plus près les résultats en matière de développement, tels que les niveaux d’éducation ou l’efficacité du système de santé. Dans ce cas, ils pourraient attribuer des notes ESG plus faibles aux pays ayant moins de lits d’hôpitaux par habitant. 

Il nous semble qu’une approche plus efficace consiste en une analyse dynamique qui tient compte des spécificités institutionnelles de chaque pays et de son évolution actuelle vers le progrès. Nous présentons ci-dessous les éléments clés qui, selon nous, constituent une méthode pertinente d’analyse des facteurs ESG en ce qui a trait aux émetteurs souverains.

X

We use cookies on our website to provide you with the best experience. By proceeding to our site you agree to our Cookies Notice and our site Terms and Conditions.