FR France
Actions

Brésil: une Nouvelle Frontière?

janvier 2019 - 3 min lire

Après l'élection nationale du pays, l'équipe des actions latino-américaines de Barings examine la position du Brésil et les réformes que le nouveau président pourrait envisager pour stimuler l'économie.

L’élection de Jair Bolsonaro à la présidence du Brésil en octobre 2018 a été un événement historique: c’est la première fois depuis l’adoption de la Constitution du pays en 1988 qu’un candidat marqué à droite gagne une élection nationale. De nombreux observateurs admettent que sa nomination pourrait déboucher sur une transformation économique positive, mais nous nous attendons à ce que le président Bolsonaro et son équipe se heurtent à certains défis dans la poursuite de leurs objectifs.

Le Brésil a connu l’une des récessions les plus graves de son histoire avec trois années consécutives de déclin économique. Bien que l’économie se soit quelque peu redressée, cette reprise demeure bien en deçà des attentes. Le taux de chômage demeure en effet supérieur à 10% et la reprise est restée limitée jusqu’à présent, l’industrie agroalimentaire du pays étant le principal moteur. Ces dernières années, il a également beaucoup été question de corruption, principalement avec le scandale des pots-de-vin « Lava Jato » (signifiant « lavage de voitures ») qui a impliqué les gouvernements successifs du Parti ouvrier de gauche, ou PT, dont le fondateur et ancien président Luiz Inácio Lula da Silva a été emprisonné pour corruption courant 2018.

Jusqu’à présent, les nominations au Cabinet se sont révélées encourageantes avec en particulier Paulo Guedes au ministère des Finances et Sergio Moro à celui de la Justice. M. Guedes est un économiste titulaire d’un doctorat de l’Université de Chicago. Il s’inspire des réformes entreprises au Chili dans les années 1980, s’engageant à réduire l’héritage bureaucratique écrasant du Brésil et à promouvoir un capitalisme à la mode américaine dans la première économie de l’Amérique du Sud. M. Moro est un juge reconnu et respecté qui a mené les enquêtes « Lava Jato », mettant l’ancien président Lula en prison pour corruption. Nous pensons que sa nomination a pour but d’envoyer un message clair, à savoir que le gouvernement actuel veut rétablir la confiance des électeurs.

X

We use cookies on our website to provide you with the best experience. By proceeding to our site you agree to our Cookies Notice and our site Terms and Conditions.